Être

Je suis assez

Ceci est la publication la plus personnelle que j’ai faite et que je ferai probablement sur mon blog. Celle où je serai susceptible de me faire juger, de me faire regarder de travers. Mais bon, je plonge!

J’ai toujours cru être une femme forte et équilibrée. Je fais du sport, je médite un peu. Je mène de front 56 projets en réfléchissant aux 56 autres à suivre. Je jongle telle une acrobate de cirque entre un travail rémunéré , un blog, la famille, la vie amoureuse, le sport… Je suis celle qui dit oui à tout et à tous, qui va d’un défi à l’autre. Je suis celle qui étourdit tout le monde avec son horaire et ses projets. J’ai toujours considéré le repos comme du temps perdu. Je suis celle qui se sentait coupable de ne rien faire, de ne penser à rien. Celle qui croyait qu’elle n’était jamais assez bonne, belle, énergique, efficace, travaillante, accueillante, aidante. Celle qui doutait d’elle tout le temps et qui, pour être certaine d’être assez, en faisait encore un peu plus… Je suis celle qui voulait que tout le monde l’aime et qui en faisait toujours plus pour y arriver… Je suis celle qui a brûlé la chandelle par les deux bouts et qui se retrouve un beau matin sans mèche à brûler!

C’est ce qui m’est arrivé. J’ai frappé un mur. Un vrai. Un genre de mur qui fait mal à l’âme.
Je me suis retrouvée dans ma douche à pleurer d’épuisement, de découragement. Et je ne l’avais pas vu venir du tout! Moi qui planifie tout, organise tout, gère plein de choses, je me retrouvais vulnérable et démotivée de tout. Je me suis sentie coupable de me sentir ainsi, comme si je ne m’accordais pas le droit d’être faible. D’être obligée de ne penser qu’à moi. Pas de façon égoïste mais de faire en sorte de me retrouver car j’étais complètement perdue.

Qui j’étais moi? Qui je suis au plus profond de moi? Pourquoi avoir porté pendant toute ma vie des masques de bonne fille qui sourit tout le temps et qui dit oui tout le temps même si elle n’a pas le temps ni l’énergie! Qui donnait toujours plus de temps, d’aide.. La réponse? Pour essayer de me faire aimer par tout le monde. C’est comme courir après l’impossible. Il y a et aura toujours quelqu’un qui ne m’aimera pas. Et c’est difficile pour moi de penser à ça. Je me dis toujours que j’aurais pu en faire plus et que peut-être…
Ce n’est pas facile de se retrouver avec soi, sans masque. De retrouver qui on est vraiment. Et si je n’aimais pas ce que trouverais?

Il a fallu que je me donne des moyens pour partir à ma recherche. La méditation et la pratique du yoga quotidiennement entre autre m’ont aidé énormément. Beaucoup de lectures aussi. Et bien sûr du repos pour faire la paix avec moi et mon besoin d’en faire toujours trop.

Plus le temps passe et plus j’apprends à aimer la personne que je découvre en moi. Une femme plus calme mais qui a encore des projets fous en tête, une femme qui retrouve son énergie mais qui apprend à s’accorder du repos.
Je me découvre des passions et j’en ai perdues d’autres.

Mais ce que je découvre de plus important et qui m’effraie en même temps c’est que je suis assez. 🙂

No Comments

Leave a Reply